Archives de l’auteur : laclasselumiere

la confiance violée

La confiance violée

Baccalauréat est un drame du réalisateur roumain Cristian Mungiu réalisé en 2016.

« Romeo, médecin dans une petite ville de Transylvanie, a tout mis en œuvre pour que sa fille, Eliza, soit acceptée dans une université anglaise. Il ne reste plus à la jeune fille, très bonne élève, qu’une formalité qui ne devrait pas poser de problème : obtenir son baccalauréat. Mais Eliza se fait agresser et le précieux Sésame semble brutalement hors de portée. Avec lui, c’est toute la vie de Romeo qui est remise en question quand il oublie alors tous les principes qu’il a inculqués à sa fille… »

Le film nous a d’abord paru terriblement ennuyeux parce que les scènes sont répétitives. Toujours les mêmes personnages à l’écran et une certaine prévisibilité quant aux évènements qui s’enchaînent… De plus, sa longueur : 2h06 min pour une intrigue somme toute assez simple nous a épuisés…

Ensuite, l’absence de lumière ou le « gris » de l’image trop sombre nous a maintenus dans un climat malsain et qui nous a mis mal à l’aise.

De même que les mensonges, les tricheries, la manipulation et la corruption nous ont refroidis : le père tient un discours d’honnêteté à sa fille, discours que lui-même ne respecte pas !

Aussi, l’extrême prévoyance du père, son dirigisme dans la conduite de la vie de sa fille et les liens fusionnels qu’il entretient avec elle nous ont paru augmenter ce climat délétère.

Enfin, nous avons trouvé la mise en scène exagérée : par certains côtés, les acteurs sur jouent, notamment, Eliza  dans la scène de l’interrogatoire au commissariat.

4 mois 3 semaines et 2 jours : c’est le temps que nous a semblé durer le film ! Un temps infini…

 

Article rédigé collectivement  par Christopher, Emmanuel, Isaac, Lassana, Lucas.D, Damien, Boubacar, Silvério, Ervin, William, Hamza, Warren, Robin, Mathieu, Jimmy, Lucas.T, Keny.

Publicités

Sonita : sauvée par le rap !

Le  documentaire Sonita réalisé par Rokhsareh Ghaem Maghami est sorti en 2016 et dure 1h30.

Sonita est une fille malheureuse mais quand elle se met au rap, elle renaît : le rap la fait devenir célèbre ! Au début, elle faisait des  petits freestyles entre amis et ensuite, elle va en studio et réalise son rêve.

Ensuite, Sonita lutte pour survivre face à la pauvreté. Ainsi, elle est accueillie dans un foyer car sa mère essaie de la vendre pour nourrir la famille.

Sonita est une fille qui s’affranchit de sa famille en désobéissant à sa mère et au système traditionnel qui consiste à vendre les jeunes filles dans des mariages arrangés. Ainsi, il faut savoir que l’Afghanistan est le pays avec le taux de suicide des femmes le plus élevé !

Enfin, Sonita va connaître un grand changement dans sa vie en s’opposant à ces règles archaïques, celles de son pays et à cette mère qui lui impose le silence. Elle n’a que 17 ans et s’enfuit aux États-Unis faire des études de musicologie et pour écrire des textes qui crient sa rage et sa haine face à un système qui la musèle.

 

Christopher, Emmanuel, Enzo, Lucas et Lassana.

Sonita : une rappeuse vendue par ses parents !

Sonita est un documentaire de Rokhsareh Ghaem Maghami, sorti en 2016.

Sonita doit survivre en rappant et essaye de toucher le public de son pays et celui du Pakistan où elle est réfugiée !

La réalisatrice a bien réussi à montrer que l’héroïne était dans une situation défavorisée et qu’elle s’en est sortie seule, à force de courage et d’ambition, aidée par des associations.

 

Jimmy, Damien,Boubacar

La palme de la Solidarité

Moi, Daniel Blake, de Ken Loach est un drame social, sorti en octobre 2016 et couronné de la Palme d’Or à Cannes ainsi que du César du meilleur film étranger.

Moi, Daniel Blake a été pour nous une belle surprise car ce film n’est pas du tout celui auquel nous nous attendions…

Nous l’imaginions misérabiliste et larmoyant. Or, il est d’une pudeur magnifique, admirable qui nous a totalement « cueillis ».
L’histoire de cet homme bien que racontée très sobrement, donne, à la fois, envie de pleurer et de se révolter. Comment dans un pays qui se considère civilisé et progressiste, peut-on ainsi abandonner un citoyen âgé, honnête, un travailleur, juste parce qu’il est tombé gravement malade ?

Monsieur Blake rencontre une jeune femme et ses deux enfants à Pôle emploi et ensemble, ils décident de s’entre-aider, et, font preuve d’une belle solidarité.

C’est une solidarité à toute épreuve. Donc, oui, allez voir ce film, car, oui, il est révoltant et oui, il est vraiment magnifique !

 

Isaac, Mathieu, Silvério, Ervin, Keny.

Un film bouleversant

Le film Soy Nero, sorti en 2016, a été réalisé par Raffi Pitts. Johnny Ortiz, Anl Amen et Rorry Cochrane sont les acteurs principaux. Le genre de ce film est dramatique.

J’ai bien aimé ce film car il nous informe sur certaines formes de racisme et comporte des scènes d’action. Je pensais juste que les retrouvailles de Nero avec son frère seraient plus émouvantes.

Tout d’abord, une scène qui m’a marqué, c’est quand les policiers arrêtent Nero sans aucune raison et ont failli l’embarquer car il n’avait pas ses papiers. Enfin, peut-être qu’il est différent des autres : sa couleur de peau et ses vêtements dans le quartier chic qu’il traverse.  A croire que les policiers sont racistes !?

Autre exemple, quand des personnes viennent le voir en lui demandant s’il est américain….Quand il leur répond qu’il l’est, bizarrement, personne ne veut le croire !?
Au contraire, une scène qui m’a déçu, c’est quand Nero retrouve son frère après beaucoup d’années de séparation. Elle montre la souffrance des deux frères. On peut voir qu‘ils s’aiment mais qu’ils ont du mal à le montrer, à montrer leurs sentiments. C’est bien connu les personnes qui ont beaucoup souffert ont du mal à faire confiance et à montrer leurs sentiments aux autres !

Durant tout le film, nous pouvons voir la détermination de Néro à être américain : il va aller jusqu’à s’engager dans l’armée américaine où on l’enverra sur le front irakien pour se battre !

Ce film est vraiment bien. Une très belle histoire où on peut suivre la  vie compliquée de Nero : séparation, racisme et déception. Une vie bien triste pour un jeune homme de 18 ans !

Christopher Acosta

Difficile à comprendre…

Je n’ai pas apprécié ce film car je trouvais que l’histoire était trop fade à mon goût : je trouvais qu’il n’y avait pas assez d’action.
Il n’y a eu qu’une scène que j’ai appréciée, scène où il y a eu un petit peu de suspense et d’action.
Cette scène est celle où il y avait Pierre, Mathieu et les deux fils de l’ami de Pierre, Jean, qui était décédé il n’y a pas longtemps. Il est tombé dans un grand Lac dans une forêt alors qu’il pêchait. Ils étaient partis à la recherche du corps de Jean en compagnie aussi du chien de Jean. D’ailleurs les aboiements répétitifs du chien m’ont ému car on voyait le chien au bord de l’eau en train de regarder comme s’ il avait envie de retrouver son maitre.
Ils sont restés dormir quelques jours dans leur maison dans la forêt à côté du lac en espérant retrouver le corps.
J’ai souvent eu du mal à comprendre l’histoire de Pierre et Mathieu : je ne comprenais pas leur situation familiale. En fait, je ne l’ai jamais comprise.
Finalement c’est un ami à moi qui m’a expliqué à la fin du film…
Enzo

Le fils de Jean m’ennuie…

Au début, c’était ennuyant car il n’y avait pas d’actions. Et c’était presque tout le temps la même rengaine : un fils qui cherche son père.
Puis la seule action qu’il y a eu, c’était juste quand ses soit disant frères se sont battus pour l’argent de leur père.
Le manque d’action s’explique aussi à cause de l’intrigue du film : Mathieu n’a pas le droit de dévoiler son identité.
A la fin, c’était très intéressant parce que Mathieu a découvert que Pierre était son père et cette information nous a forcés à réfléchir.

Boubakar et Lassana.